Image Image Image 01 Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Agence Digitale


Scroll to Top

To Top

Cool hunts

Sébastien Le Guen “Paysages Humains”

Vernissage le Samedi 13 Octobre 2012, 18:00 – 21:00Opening on Saturday, 13th of October 2012, 6 – 9 pm

ADDICT Galerie – Laetitia Hecht

14/16 rue de Thorigny 75003 Paris

 

Sébastien Le Guen est un peintre français, vivant à Paris. Né en 1971, il s’est révélé à la Villa Arson dans les années 1990. Depuis, son travail été présenté au sein de plusieurs expositions personnelles et collectives en France comme à l’étranger : Genève (MAMCO), Belgique, États-Unis… Son exposition “Le Monde pansé” lui a valu de recevoir, en 2004, le Prix de la Villa Médicis Hors les Murs.

Proche du Bad painting, à la croisée de plusieurs influences notamment celles de Martin Kippenberger (dont il a été l’assistant), la pratique picturale de Sébastien Le Guen emprunte aussi bien à la culture pop, punk et trash des années 80-90 qu’au surréalisme et à l’esprit Dada.

Peintre avant tout, son travail se constitue aussi à partir de pioche dans le répertoire des images liées à la publicité, à la communication et à l’univers de la mode. Dans son œuvre, l’artiste interroge des thématiques qui ont souvent trait à la construction identitaire (notamment la mode au sens large comme reflet de notre identité), et utilise, dans ses toiles, des procédés visuels qui jouent autant sur notre perception des images que sur nos facultés imaginatives. Il déchire, arrache, découpe, décompose des images extraites de l’iconographie populaire des médias de masse qu’il redistribue finement sur la toile et le papier en croisant différents médiums empruntés du street painting (lettrisme, bombe aérosol, peinture fluorescente, encre, basic pochoir et collage) offrant ainsi au spectateur une lecture “passée au prisme de sa propre sensibilité” dixit l’artiste.

Sous le titre “Paysages humains”, Sébastien Le Guen présente à la galerie ADDICT une nouvelle phase de sa recherche plastique et graphique s’articulant autour du corps humain et sa relation à l’extériorité.

Visages nés de la métamorphose ou de l’hybridation, formes associées, imbriquées, les portraits de Sébastien Le Guen restent ouverts aux interrogations. On ne sait trop si la figure se construit ou se détruit pour à nouveau se reconstruire… De la multiplicité des médiums (fragments bruts d’affiches, images de magazines, stickers, etc.) “mixés” aux parties peintes de la toile, naissent de nouvelles identités, étrangement fascinantes, qui se veulent révélatrices de notre perception consciente et inconsciente du monde qui nous entoure.

En parallèle de ces “chimères modernes”, à la manière d’une caméra qui dézoome, l’artiste convoque pochoir et collage pour décliner une myriade de silhouettes féminines, aux galbes et attitudes multiples, qui se croisent et se bousculent, se dédoublent ou s’entrelacent. Moins importe le modèle, son visage que sa pose et le paysage qui le traverse. Au pochoir, des corps réhaussés de couleurs vives se découpent sur le fond de la toile : autant de fragments chirurgicaux où les coulures de peinture se font veines, où la toile restée brut se fait peau. Par le collage, d’autres corps non identifiés occupent les silhouettes de papier. La technique est précise et systématique. Chaque collage est réalisé à partir d’un magazine dont l’artiste sélectionne minutieusement les pages cherchant des poses du corps féminin mis en rapport avec un document, au verso duquel, se trouve un autre “corps”. Isolée, découpée au scalpel, retournée puis collée, la silhouette devient un paysage intérieur.

À l’endroit comme à l’envers, dans ces corps urbains, de nature, d’architecture, d’objet indéterminé ou de peinture, dans ces silhouettes démultipliées sur la toile à la manière des cellules du corps humain, il se produit quelque chose qui n’est alors plus seulement de l’ordre du visible mais du sensible.

Avec “Paysages humains”, l’artiste, au regard d’anatomiste, propose à la galerie ADDICT un voyage projectif entre rêverie et poésie, un corps à corps de couleurs et de formes, donnant au mot “curiosité” sa portée maximale.

Texte écrit par Déborah Boltz

http://www.sebastienleguen.com